Accueil  |   Recettes  |    USA Federation Web Site   Site États-Unis de la FPAQ  |  
Industrie de l'érable
Sirop d'érable
Origine
Coulée et production
Vidéo sur l'érable
Classification
Certifications
Valeur nutritive
Valeur antioxydante
Indice glycémique
Conservation
Livrets de recettes
Assurance qualité
Section médias


Industriels/Acheteurs
Importateurs
Restaurateurs
Producteurs



Les créatifs de l'érable, restauration et gastronomie et sirop d’érable


Certifiée NAPSI - Naturelle, Authentique, Pure, Stérile, Intégrale

Le sirop d’érable sous toutes ses appellations

Au Québec, trois appellations pour le sirop d’érable sont possibles. Les appellations peuvent être combinées.

Réputé partout dans le monde comme un aliment naturel et de qualité, le sirop d’érable du Québec est un produit dont l’innocuité, la salubrité et l’authenticité font l’objet d’une vérification de qualité reconnue. Chacun des barils vendus par la Fédération y est soumis. L’inspection du sirop d’érable en grands contenants a été confiée par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec à ACER Division Inspection inc. dans le cadre de l’Entente relative à la gestion de l’inspection des produits de l’érable en grands contenants. Cette vérification de la qualité est faite en vertu de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche.

Au Québec, on retrouve deux appellations pour le sirop d’érable, qui peuvent aussi être combinées :

Sirop d’érable biologique
Environ 20 % du sirop d’érable produit au Québec est certifié biologique, en vertu de la Loi sur les appellations réservées et les termes valorisants (L.R.Q. chapitre A- 20.02). Cette législation vise à encadrer la reconnaissance d’appellations qui sont attribuées à des produits agricoles et alimentaires à titre d’attestation (par voie d’un cahier des charges) de leur mode de production, de leur région de production et de leur spécificité. Les normes biologiques visent l’aménagement de l’érablière, la diversité végétale, la fertilisation, le contrôle des ravageurs, l’entaillage, et la collecte et la transformation de l’eau d’érable. Elles sont respectées par les acériculteurs, à partir d’un cahier des normes, à toutes les étapes de la fabrication du sirop d’érable, de l’entretien et de l’aménagement de l’érablière, en passant par la collecte, le stockage et la transformation de l’eau d’érable, le nettoyage des équipements, l’entreposage du produit fini et sa transformation en produits dérivés.


Sirop d’érable kasher
Pour que la sève (eau d’érable) de l’érable à sucre devienne du sirop d’érable, elle doit nécessairement passer par un procédé de transformation (bouillage de l’eau d’érable), car elle ne peut être consommée directement à sa sortie de l’arbre.

Pour être certifié kasher, le sirop d’érable doit respecter un processus de production rigoureux afin de répondre aux normes des lois alimentaires juives. Étant donné qu’il n’existe pas de cahier des charges propre à l’ensemble des producteurs et productrices acéricoles du Québec, chaque production de chaque érablière doit être inspectée et contrôlée individuellement par un rabbin. Ce dernier s’assure que tout élément entrant en contact avec le produit est lui-même certifié kasher : de l’équipement à la machinerie, au savon servant à laver le matériel et aux différents additifs qui permettent de stabiliser la mousse au moment du bouillage.

L’inspection du processus de fabrication des producteurs qui offrent ou veulent offrir un produit kasher est d’une durée moyenne d’une à deux semaines, et elle doit être répétée chaque année.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur cette certification, communiquez avec M. Gad Ohayon à http://www.rabbinat.qc.ca/ .